Blé : développement végétal et fertilisation – Mars 2017

Dans le cadre d’essais sur du blé, le drone est l’outil idéal pour mettre en valeur de façon précise et détaillée les différences liées aux itinéraires culturaux.

Pour chacune des cartes, penser à cliquer dessus pour qu’elle apparaisse en plein écran dans un nouvel onglet.

Commençons par une photo aérienne de l’ensemble de la parcelle de près de 5 ha

On peut facilement voir la zone où sont réalisés les essais. Cependant à ce stade il est très difficile d’en tirer des informations pertinentes.

Il faut donc passer à l’étape suivante, la carte de réflectance basée sur l’indice NDVI :

Les zones en rouge sont celles où la végétation est la moins présente voir absente. A l’inverse plus le vert est intense plus le blé est développé.

Continuons l’analyse avec une dernière carte de l’ensemble de la parcelle On distingue alors plusieurs grandes zones traduisant le développement du blé. Ces données objectives sont pourtant invisibles à l’œil nu sur carte ou en visite de plein champs. La fertilisation peut alors être ajustée pour répondre aux besoins des cultures.

                                      cliquer sur la carte pour une meilleure vue

 

Concentrons nous maintenant de manière spécifique sur la zone d’essais.

D’abord, la carte de réflectance apporte quelques informations, mais l’interprétation est difficile :

Il faut donc aller plus loin en traduisant ces informations avec une seconde carte.

Cette carte met clairement en évidence certains essais. Sans rentrer dans le détail on note que les essais vers le haut de la zone sont globalement les plus développés. Au centre les itinéraires culturaux ne sont pas les plus intéressants. On peut alors facilement attribuer des notes sur le développement du blé et les comparer avec les modalités d’intervention. Le drone apporte donc des éléments précis, fiable et objectifs sur l’état d’avancement de la culture en place.

Pour mémoire regardons à nouveau et de manière plus fine la photo aérienne, on constate que sans le traitement des images, l’œil nu ne peut pas suffire pour détacher des résultats pertinents et ainsi juger de l’état d’avancement des essais.